Internet: Salesforce achète Slack pour 27,7 milliards de dollars

Le géant américain continue à concurrencer Microsoft en rachetant la populaire messagerie d’entreprise.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Salesforce, le spécialiste des technologies de relation client, a annoncé mardi la plus grosse acquisition de son histoire: celle de la messagerie d’entreprise Slack. Cette opération devrait lui permettre d’entrer en compétition plus frontale avec Microsoft.

La transaction, en numéraire et actions, valorise Slack à 27,7 milliards de dollars (24,92 milliards de francs), selon un communiqué. «Nous sommes faits l’un pour l’autre» a déclaré Marc Benioff, le PDG de Salesforce. «Ensemble, nous allons façonner le futur des logiciels d’entreprises et transformer la façon de travailler dans le monde du tout numérique et du travail depuis n’importe où».

Marc Benioff a fondé Salesforce il y a plus de vingt ans et en a fait une référence de la gestion de relation client pour les entreprises. Slack, de son côté, propose une plateforme d’outils pour collaborer plus facilement en ligne sur des projets entre collègues et équipes. L’entreprise cotée depuis juin 2019 connaît ces derniers mois une forte croissance avec la montée en flèche du télétravail.

Rester dans la course

Ce rachat est le moyen pour Salesforce de rester dans la course face à Microsoft, qui domine avec Amazon le cloud mondial (informatique à distance) et dont les services numériques pour les sociétés (le cloud Azure, les outils d’Office 365 et la messagerie Teams) ont aussi le vent en poupe grâce à la pandémie.

En 2019, le groupe de Marc Benioff avait déjà acquis Tableau Software, une entreprise spécialisée dans l’analyse de mégadonnées (big data), pour une valeur de 15,7 milliards de dollars.

Slack a fait valoir une hausse de son chiffre d’affaires de 49% sur un an pour les mois de mai, juin et juillet, à 216 millions de dollars, et a nettement réduit ses pertes à seulement 68 millions. Le groupe, qui revendique quelques 130’000 clients payants, était stable mardi lors des échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse.

ATS/NXP

monchange.ch