Huile de palme: un protectionnisme sournois

La mauvaise foi des intérêts subventionnés et protégés par l’Etat est parfois déconcertante. En témoigne la campagne des milieux éco-agricoles contre l’accord (entériné par le parlement en fin d’année dernière) entre l’Association européenne de libre-échange, dont la Suisse est le moteur, et l’Indonésie. En cause: l’huile de palme, érigée en épouvantail. Selon les opposants, il n’y aurait pas d’huile de palme «durable». La réalité semble beaucoup plus nuancée, mais ce qui est certain, c’est que les agriculteurs suisses luttent avant tout pour leurs produits: on assiste à une velléité protectionniste à l’encontre de la division internationale du travail, aux dépens des consommateurs.

Lire aussi: Faut-il boycotter l’huile de palme?

monchange.ch