Guerre commerciale: Chine 5, Etats-Unis 0

En 2016, Donald Trump, candidat à la Maison-Blanche, avait agité l’épouvantail de la Chine lors de sa campagne électorale. Elu président, il a lancé une guerre commerciale et technologique dans le but avoué de contenir la montée de ce pays dans le monde. Au moment où son mandat tire à sa fin, un bilan s’impose: les Etats-Unis sont en passe de perdre face à la Chine.

Lire aussi: Is America Great Again?

Première mesure punitive, en mars 2018, l’administration Trump avait imposé des surtaxes sur des importations en provenance de la Chine pour un montant de 250 milliards de dollars. Pékin avait aussitôt déposé plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Dans un verdict prononcé la semaine passée, l’Organe de règlement des différends de l’OMC a rejeté les arguments américains selon lesquels la Chine imposait un transfert de technologie aux entreprises américaines contre un accès à son marché intérieur.

Washington ne pourra pas faire appel; c’est lui-même qui a bloqué l’instance d’appel. Il a alors réagi par le mépris, reprenant son refrain selon lequel l’OMC ne tient pas compte des intérêts américains et qu’elle est «totalement inadéquate pour mettre fin aux pratiques commerciales déloyales de la Chine». L’administration Trump a une nouvelle fois réitéré sa menace de quitter l’organisation. Bien sûr, elle réclame haut et fort des réformes institutionnelles de l’OMC dont les règles ont été écrites en 1995 et qui nécessitent des révisions. Chine 1: Etats-Unis 0.

La Chine n’est pas pressée

En lançant les hostilités, le président Trump estimait inacceptable le déficit commercial américain par rapport à la Chine. Deux ans après les premières salves américaines, le trou est 25% supérieur par rapport à ce qu’il était au début de son mandat, selon un commentaire de Bloomberg. Et la Chine n’est pas pressée, dans le cadre d’un accord préliminaire, d’importer des produits agricoles américains de façon massive dans le but d’équilibrer la balance commerciale. En réalité, elle frappe là où ça fait le plus mal: les producteurs de céréales du Midwest, bastion électoral des républicains. Chine 2: Etats-Unis 0.

Lire également: Les Etats-Unis multiplient les fronts contre la Chine

Puis la pandémie de Covid-19 a frappé. Au deuxième trimestre 2020, elle a détruit l’économie mondiale. Mais alors que les Etats-Unis ont enregistré un recul du produit intérieur brut (PIB) de 9,5% entre avril et juin, la Chine est le seul pays du G20 à avoir connu un PIB dans le vert, à 1,3%. Chine 3: Etats-Unis 0.

La bonne santé relative de l’économie chinoise provoque une appréciation du yuan, ce qui attire les investissements en obligations chinoises. Le dollar américain? Il plonge. C’est peut-être une bonne nouvelle pour les exportateurs américains, mais pour un pays qui importe de tout et où des millions de travailleurs ont été jetés à la rue à cause du Covid-19, c’est une catastrophe pour leur pouvoir d’achat. Chine 4: Etats-Unis 0.

Autosuffisance technologique

Dans la guerre technologique, les Etats-Unis ont remporté une bataille. Après avoir banni les activités de Huawei, le spécialiste chinois de la 5G et de ZTE, l’équipementier télécom, ils font main basse ces jours sur TikTok et WeChat. Washington se justifie en affirmant que ces entreprises représentent une menace pour la sécurité nationale.

Soit. La première puissance mondiale peut ralentir son concurrent asiatique. Mais elle ne fait que renforcer son appétence d’autosuffisance. Dans certains domaines stratégiques comme les batteries pour stocker l’électricité, les entreprises chinoises, selon The Economist de cette semaine, assurent déjà 69% des besoins nationaux. Chine 5: Etats-Unis 0.

Bref, des autogoals en pagaille. On peut aussi dire que l’administration Trump s’est bel et bien tiré une balle dans le pied.

monchange.ch