Genève, capitale de la finance durable?

La finance durable, une approche cherchant à appréhender les risques et opportunités liés au développement durable, est en plein essor. Ainsi, un nombre croissant d’investisseurs s’engage — principalement de manière volontaire — à inclure des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. On compte désormais des dizaines de trillions d’actifs sous gestion qui intègrent, sous une forme ou une autre, le développement durable.

Du côté académique, on constate un engagement très marqué. À l’Université de Genève, le Geneva Finance Research Institute (GFRI), institut interfacultaire spécialisé dans la finance, constitue un pôle de compétence reconnu dans le domaine de la finance durable. Crée en 2009 afin de promouvoir la recherche scientifique en finance sous le thème de «Finance et Société», le GFRI organise en collaboration avec Sustainable Finance Geneva et le Swiss Finance Institute ce vendredi 7 décembre le quatrième Geneva Summit on Sustainable Finance. Cette conférence académique internationale a pour objectif de réunir des académiciens, investisseurs, politiciens ainsi que des membres des ONG et des organisations internationales pour débattre des thèmes à l’intersection de la finance et du développement durable. L’Université de Genève a été visionnaire en créant ce sommet en 2010 et demeure la seule université qui finance et organise régulièrement une conférence dédiée exclusivement à la finance durable.

De manière générale, Genève est très active dans la finance durable. Crée en 2008, l’association Sustainable Finance Geneva a été pionnière dans la promotion de la finance durable. En outre, la Sustainable Stock Exchanges Initiative est basée à Genève. Cette initiative travaille avec des bourses internationales afin d’augmenter la transparence des entreprises cotées sur leurs politiques de durabilité.

Elle a été créée sous l’égide de deux organisations basées à Genève, la Cnuced et UN Environment Programme Finance Initiative. En 2017, le Canton a aussi adopté la finance durable en étant le premier canton à émettre une obligation verte, instrument financier nouveau dont le capital levé est exclusivement utilisé pour financer des projets avec des effets environnementaux positifs. Les banques privées ont aussi entrepris des initiatives dans le développement durable. Par exemple, LODH en a fait un thème important de sa campagne «rethink everything», pour laquelle elle a été primée en novembre 2018 par un Global Private Banking Award. Enfin, il ne faudrait pas oublier les fonds d’investissement en microfinance mondialement connus tels que Symbiotics ou Blue Orchard.

Genève présente un microcosme fertile et unique et peut devenir l’une des capitales mondiales de la finance durable. Afin d’y arriver, il faudrait faciliter d’avantage l’échange entre les différents acteurs, comme l’initiative SDG Lab menée par le bureau des Nations Unies à Genève. Une telle collaboration permettrait d’exploiter d’avantage la diversité et le know-how uniques de Genève en matière de finance durable.
Geneva Summit on Sustainable Finance www.gssf.ch (TDG)

monchange.ch