En trois points, pourquoi la 5G et Bill Gates n'ont aucun lien avec le virus

Ce n’étaient jusqu’à présent que des théories complotistes. Ce sont désormais des incendies, de Birmingham à Belfast, de Manchester à Liverpool, qui mobilisent les services de secours en Grande-Bretagne. Ces dernières heures, une vingtaine d’antennes de téléphonie mobile ont été incendiées. Des émetteurs 5G pour la plupart, accusés d’affaiblir notre système immunitaire, voire de diffuser le coronavirus. Nous en parlions lundi dans le cadre d’une brève chronique, qui a suscité plusieurs vives réactions de lecteurs du Temps, nous accusant de balayer un peu vite ces théories.

A elle seule, la 5G était déjà l’objet d’une myriade de théories complotistes. Le cocktail 5G+virus devient détonant, d’autant que des célébrités, la plupart britanniques, les propagent via les réseaux sociaux. Les chanteuses Anne-Marie et Keri Hilson, l’acteur Woody Harrelson ou le boxeur Amir Khan, tous ont partagé des messages liant virus et 5G, alors que des YouTube et Facebook ont décidé de lutter contre des vidéos du même genre, dont certaines approchent le million de vues. Plusieurs sites, dont certains basés en Suisse, relaient ces théories. Voici, point par point, des réponses factuelles à trois de ces affirmations.

Lire aussi: 5G et santé: dix points pour comprendre

1. La 5G cause et diffuse le coronavirus

Plusieurs personnes ont propagé cette idée, dont un certain Thomas Cowan sur YouTube. La preuve, avance-t-il, est que le virus est apparu à Wuhan, ville où la Chine a installé ses premières antennes 5G. C’est vrai, ce pays a été l’un des premiers, en octobre-novembre 2019, à activer ses antennes 5G. Mais d’autres villes du pays ont vu en même temps s’ériger de telles antennes, sans que le virus y naisse. Et en réalité, c’est en Corée du Sud et aux Etats-Unis que la 5G a été déployée en premier.

Le point scientifique sur le coronavirus

De plus, de nombreux pays où s’est propagé le virus n’ont aucune antenne activée de manière commerciale, comme en France, en Iran ou au Japon. Il n’y a aucun doute que la cause du coronavirus est animale et absolument pas liée à des ondes de téléphonie mobile. Et il n’est pas possible pour un tel virus d’être transporté par des ondes.

Sur la dangerosité des ondes de téléphonie mobile, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique qu’«après de nombreuses recherches, aucun effet sur la santé n’a été causé par une exposition aux technologies sans fil». L’OMS note que «peu d’études ont été réalisées sur les fréquences utilisées par la 5G». Mais la 5G utilise des fréquences élevées, or «les fréquences augmentant, il y a moins de pénétration dans les tissus de la peau». Et «tant que les niveaux d’exposition sont inférieurs aux recommandations internationales, aucune conséquence pour la santé publique n’est anticipée».

Aucun élément scientifique ne montre, par ailleurs que les virus ayant affecté durement l’humanité ces dernières décennies sont liés à des nouvelles technologies. Ces virus sont de nature biologique.

2. La 5G affaiblit notre système immunitaire

La science contredit cette supposition. Les ondes radio de la 5G, extrêmement proches de celles de la 4G et de la 3G, ne sont pas assez fortes pour endommager les cellules. «L’idée que la 5G affaiblisse votre système immunitaire ne tient pas. Votre système immunitaire peut être affecté par beaucoup de facteurs, comme la fatigue ou une mauvaise alimentation. Ces fluctuations sont minimes mais peuvent vous rendre davantage susceptibles d’attraper des virus», détaillait ainsi Simon Clarke, professeur associé en microbiologie cellulaire à l’Université de Reading à la BBC.

Selon le spécialiste, «les ondes radio peuvent affecter votre physiologie en vous chauffant, ce qui signifie que votre système immunitaire ne peut plus fonctionner. Mais les niveaux d’énergie des ondes radio de la 5G sont minuscules et jamais assez fortes pour affecter votre système immunitaire. Il y a eu beaucoup d’études à ce sujet.»

3. Le virus a été créé par Bill Gates

En parallèle aux théories évoquant la 5G, d’autres lient le cofondateur de Microsoft au virus. Sur internet, des messages suggèrent que le virus a été créé par l’homme avec des arrière-pensées financières. En réalité, oui, la Fondation Bill et Melinda Gates a donné de l’argent pour lutter contre la pandémie et finance des recherches pour trouver un vaccin. Oui, cette fondation fait partie des mécènes du Pirbright Institute, un institut britannique de recherche qui a déposé par le passé un brevet en lien avec un coronavirus. Mais il s’agit d’un autre coronavirus, affectant avant tous les oiseaux. Bill Gates n’est donc en aucune manière à l’origine de la pandémie qui frappe actuellement la planète.

Un autre brevet existe, mais il porte sur le SARS-CoV, qui a sévi entre 2002 et 2003 en Chine. Mais il ne s’agit pas à proprement parler d’un brevet, car «on s’aperçoit qu’il s’agit avant tout [d’y] décrire le virus en détail, c’est-à-dire de breveter le séquençage de son ARN» (et pas son ADN), notait récemment Le Monde.

monchange.ch