En Suisse, le paiement mobile ne décolle qu’à moitié

Cela devient une habitude. En Suisse, le paiement par smartphone commence à s’étendre avec, en un an, un doublement du nombre d’utilisateurs et un triplement des transactions effectuées. Portés par la popularité croissante de Twint, ces résultats ne doivent pas masquer une réalité moins flatteuse pour ce service: un tiers des personnes qui ont téléchargé cette application ne l’ont pas utilisée depuis le 1er janvier.

La démocratisation du paiement par téléphone est ainsi relative, à lire l’étude publiée en début de semaine par l’Institut des services financiers de Zoug (IFZ), rattaché à la Haute Ecole de Lucerne. Mené par le professeur Andreas Dietrich, ce rapport se base sur des données de la Banque nationale suisse, de l’Office fédéral de la statistique et de données anonymisées provenant de l’application de paiement Twint. On apprend ainsi que, chaque mois, 1,75 million de transactions sont effectuées sur un smartphone (dont 1,02 million via Twint, le solde étant dû à Apple Pay, Samsung Pay, Revolut et PayPal), ce qui représente 0,5% du volume global des transactions effectuées en Suisse (y compris en cash).

La concurrence des cartes

Le nombre de personnes ayant téléchargé l’application Twint dépasse aujourd’hui le million – elles étaient 500 000 en août 2017. Cela représente 13% des Suisses de plus de 15 ans, note Andreas Dietrich. Mais voilà: un tiers de ceux qui possèdent l’application n’a effectué aucune transaction depuis janvier 2018. Et pour ceux qui l’ont utilisée, un cinquième n’a effectué qu’une seule transaction, 31% ont utilisé Twint entre deux et cinq fois, tandis qu’un tiers a employé le service plus d’une fois par mois.

Lire aussi: Le paiement par téléphone progresse à petits pas

Pourquoi le service est-il si peu utilisé? «Les consommateurs doivent comprendre la valeur ajoutée de Twint par rapport à des moyens de paiement plus traditionnels, comme le cash et les cartes de débit et de crédit. Cette valeur ajoutée doit être si élevée qu’ils en arrivent à changer leurs habitudes», répond Andreas Dietrich. Le paiement sans contact via des cartes de débit et de crédit, pour un montant maximum de 40 francs, est un concurrent sérieux à Twint. «Payer dans un magasin avec une carte sans contact est à mon avis un peu plus pratique que payer avec un smartphone, poursuit le professeur. Toutefois, si Twint numérise vos cartes de fidélité et vos coupons, il deviendra plus attrayant et vous évitera de transporter avec vous des cartes comme la Cumulus.»

Lire aussi: «Twint est encore trop compliqué à utiliser»

Magasins Migros équipés

En octobre 2018, plus d’un million de transactions ont été réalisées via Twint, pour un volume de 65 millions de francs, soit trois fois plus qu’il y a une année. De quelles transactions s’agit-il? Principalement de remboursement entre particuliers (47% des cas), devant les paiements à la caisse d’un magasin (39%) et les paiements sur des sites web (14%). Les montants moyens sont respectivement de 78, 28 et 117 francs.

La semaine passée, Twint annonçait qu’il était désormais disponible auprès de 800 magasins Migros, comptant au total 10 000 caisses. Dès le 5 janvier, 1,26 million de clients des CFF pourront aussi utiliser ce service, d’abord via l’application de la régie fédérale et son site web. Les distributeurs de billets et les guichets suivront d’ici à mi-2019.

monchange.ch