Embellie ou ralentissement? C’est encore la question

Ces dernières semaines, les titres bancaires et cycliques ont fortement rebondi, tandis que les titres défensifs de qualité marquaient le pas. Cela peut signifier que l’économie repart, mais rien n’est sûr

La flambée des prix du pétrole et la crise au Proche-Orient qui menaçaient méchamment l’économie mondiale lundi dernier n’auront finalement été que de courte durée. Les risques d’un choc pétrolier ont bien failli occulter la réunion de politique monétaire de la Fed aux Etats-Unis, mais mardi soir tout était déjà presque rentré dans l’ordre. Le discours rassurant de l’Arabie saoudite laissait ainsi espérer un retour rapide à la normale de sa production d’or noir. Bref, les marchés n’ont même pas eu le temps d’avoir peur et étaient donc déjà pendus aux lèvres du président de la Fed, Jerome Powell, mercredi soir.

Et là… pas de surprises non plus: une baisse de 0,25% du taux directeur comme attendu, même si certains doutes avaient émergé à la suite de chiffres économiques un peu meilleurs et d’une légère remontée de l’inflation sous-jacente. Par contre, toujours autant d’incertitudes sur la suite puisqu’il y a des dissensions au sein du comité.

monchange.ch