Echec d’un médic contre la maladie d’Alzheimer

Le groupe explique dans un communiqué qu’un test en phase III d’un médicament contre la maladie d’Alzheimer, le lanabecestat, a échoué et qu’il décide donc de cesser le développement de ce traitement.

«Ce résultat nous attriste alors que nos chercheurs ont travaillé sans relâche afin de trouver une solution pour les nombreuses personnes touchées par cette maladie dévastatrice», note Menelas Pangalos, un responsable du laboratoire britannique.

AstraZeneca explique qu’il va mettre à disposition de la communauté des chercheurs ses conclusions, «puisqu’il est important de trouver un traitement contre cette maladie».

«Les problèmes posés par la maladie d’Alzheimer sont parmi les défis les plus difficiles pour la médecine aujourd’hui et nous sommes déçus pour les millions de gens touchés», relève de son côté Daniel Skovronsky pour Eli Lilly.

Plusieurs échecs

Il s’agit d’un nouveau revers dans la quête d’un traitement contre cette maladie, marquée récemment par des échecs d’essais cliniques et l’abandon de certains laboratoires comme Pfizer en janvier dernier. Auparavant, Elli Lilly, la biotech suisse Axovant, l’américain Merck ou encore le suisse Roche s’étaient déjà cassé les dents.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 36 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence, dont une majorité de la maladie d’Alzheimer. Ce nombre devrait doubler d’ici 2030 et tripler d’ici 2050, à 115,4 millions, si aucun traitement efficace n’est découvert dans les prochaines années.

Parallèlement, le coût de la maladie explose: la facture, estimée à environ 3 milliards de dollars au total en 2015 pour les Etats-Unis, le Japon et les cinq principaux pays européens réunis, devrait atteindre plus de 12 milliards de dollars à l’horizon 2024, selon des estimations du cabinet EY. (ats/nxp)

monchange.ch