Echec de l'accord-cadre: toute l’industrie ne panique pas

Il a d’autres chats à fouetter. Martin Boeni est davantage préoccupé par ses projets industriels que par la rupture des négociations sur l’accord-cadre avec l’Union européenne (UE). Le propriétaire du groupe BBN Mécanique et de ses trois sociétés va bientôt modifier sa structure. Simultanément, l’entreprise, qui était d’abord spécialisée dans les broches industrielles, s’étend en amont – aux machines – et en aval – aux outils.

A Bôle (NE), Martin Boeni nous guide à travers les ateliers et les différentes étapes de fabrication. Les sociétés BBN, Mu-Tools et Global Industrie Services (GIS) sont rassemblées sur un même site d’environ 2000 m2. Au fil des salles, l’on découvre les produits de ce petit ensemble de 50 employés environ. Des broches donc, mais aussi des outils tournants, des fraiseuses, des appareils et des machines de honage et de diamantage, ainsi que les bureaux techniques de GIS, société qui est en quelque sorte le SAV du groupe.

monchange.ch