Donald Trump s’en prend à l’Europe

Mercredi, c’était journée végétarienne à Davos. Mais cela n’a pas empêché Donald Trump d’être saignant dans ses attaques. L’Union européenne d’une part et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) d’autre part en ont fait les frais. Avant de quitter la station grisonne, c’est par le biais d’une interview à la chaîne américaine CNBC et d’un point presse improvisé qu’il a lancé ses piques et ses menaces.

Lire également: Entre Washington et Bruxelles, l’accalmie autour de la taxe GAFA

Le président américain a d’emblée renouvelé sa menace d’imposer «des taxes très élevées sur l’automobile et autres produits» européens «si nous ne parvenons pas à conclure un accord avec eux». Et de préciser: «Je voulais d’abord en finir avec la Chine. Je ne voulais pas m’occuper de la Chine et de l’Europe en même temps.»

Dans la même veine, Steven Mnuchin, son secrétaire au Trésor, a lié les surtaxes punitives à l’imposition des entreprises numériques (Google, Apple, Facebook, Amazon et autres) par certains pays européens.

Von der Leyen calme le jeu

Face à ces attaques, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, restée à Davos, a tenu à calmer le jeu. Elle a indiqué qu’un accord était possible dans les prochaines semaines, précisant qu’il couvrirait aussi les secteurs technologique et énergétique. «Ce n’est pas une bonne idée de s’engager dans des différends commerciaux pendant des mois, et nous nous sommes assis pour négocier et trouver des solutions», a ajouté la cheffe de l’exécutif européen. Elle avait effectivement rencontré Donald Trump mardi.

Initiative suisse

Le président américain a été tout aussi offensif à l’encontre de l’OMC, affirmant que les Etats-Unis voulaient une réforme «très spectaculaire». L’administration Trump estime que l’organisation sise à Genève dessert les intérêts américains au profit des pays émergents, de la Chine notamment. Elle a déjà sévi en paralysant son instance d’appel dans le règlement des conflits.

Lire encore: Washington pousse l’OMC à bout

A l’initiative de la Suisse, les réformes en question ainsi que l’agenda de la prochaine conférence ministérielle de l’OMC, qui aura lieu en juin à Noursoultan, feront l’objet des discussions vendredi lors d’une réunion de ministres du Commerce à Davos.

monchange.ch