Des robotaxis en 2020? Pas si vite, Elon Musk

«Je peux annoncer des «robotaxis» autonomes pour l’année prochaine avec un grand degré de certitude.» Elon Musk, directeur de Tesla, n’a de nouveau pas eu froid aux yeux lors d’une présentation aux investisseurs dans la nuit de lundi à mardi. Le fabricant américain de voitures électriques haut de gamme a affirmé qu’une simple mise à jour de ses véhicules les rendra autonomes dans quelques mois. Mais 2020 semble une date utopique non seulement pour Tesla, mais aussi pour les autres spécialistes américains que sont Waymo (filiale de Google), Uber ou Lyft.

Lors d’une présentation qui a duré trois heures, Elon Musk et ses collaborateurs ont vanté les avancées de Tesla sur le marché en devenir de la voiture autonome. Actuellement, tous les véhicules qui sortent des usines du constructeur peuvent devenir autonomes via une mise à jour du logiciel Autopilot – aucun équipement supplémentaire de type caméra ou radar ne sera requis, a assuré Elon Musk. Un nouvel ordinateur de bord et une puce électronique maison sont désormais installés dans tous les véhicules en production. La conduite autonome pourrait être activée sur un million de Tesla en 2020, selon le directeur, qui a affirmé: «Le message fondamental que devraient entendre les consommateurs est qu’il est fou, d’un point de vue financier, d’acheter autre chose qu’une Tesla.»

Gagner de l’argent

Les propriétaires d’une Tesla pourront donc se faire conduire par leur voiture. Mais ils pourront aussi gagner de l’argent en la mettant à disposition d’autres passagers. Un peu comme le modèle des magasins d’applications, le constructeur empochera une commission de 30% sur le prix de la course, les 70% restants allant dans la poche du propriétaire de la voiture. Le directeur de Tesla a évoqué un revenu de 21 000 dollars (autant en francs) annuel pour le détenteur d’une Tesla transformée en taxi, sans donner aucun détail sur le nombre de courses effectuées sur douze mois. Elon Musk a aussi prédit que dans environ deux ans ses voitures vendues n’auront sans doute plus de volant ni de pédales.

Lire aussi: Le Model 3 de Tesla numéro un en Suisse en mars, toutes catégories

Un vent de scepticisme a accueilli les prédictions d’Elon Musk. D’abord parce que l’entrepreneur est coutumier d’affirmations qui peinent à se matérialiser – on l’a vu ces dernières années concernant les chiffres de production de ses voitures. Elon Musk avait aussi déjà annoncé l’arrivée des voitures autonomes pour… 2018. Aujourd’hui, aucun véhicule autonome n’existe, que ce soit en niveau 4 (délégation complète de la responsabilité du pilotage au véhicule dans certaines phases de conduite) ou en phase 5 (plus aucun pilote humain). Et au niveau légal, même les Etats-Unis, pays où se déroulent le plus de tests, n’autorisent pour l’heure ni conduite autonome, ni semi-autonome.

Waymo progresse

Tesla est encore loin d’atteindre l’objectif fixé par Elon Musk, même si l’entreprise semble en avance par rapport à Lyft et Uber – un accident mortel avait gelé les tests de voitures autonomes de ce dernier. Le mieux armé sur ce marché en devenir est Waymo. Cette société fait circuler ses Chrysler Pacifica sans chauffeur depuis 2016 dans les environs de Phoenix, en Arizona. «Plusieurs centaines» de personnes utilisent ce service, selon Waymo, qui n’est encore disponible que sur invitation. Mais la situation évolue. Il y a une semaine, la société mettait à disposition son application sur le Google Play Store, première étape pour démocratiser ses taxis en Arizona. Mais une liste d’attente pour tester ce service sera mise en place – on ne parle donc pas encore d’un lancement au niveau national, qui ne devrait pas intervenir avant plusieurs années.

A la différence de Tesla, Waymo n’a jamais donné de date pour un lancement commercial. La société travaille par étapes. Elle a permis dès 2018 de circuler dans ses mini-vans sans qu’un humain ne soit derrière le volant. Et plus récemment, la société a lancé un programme permettant à ses passagers de rallier plus facilement les arrêts de bus et de train, afin de combiner plusieurs moyens de transport.

monchange.ch