Des espaces de travail partagé dans 80 gares d’ici 2030

Les CFF ont bouclé avec succès un projet pilote d’espaces de travail partagé mené à Eglisau (ZH). Ils espèrent ainsi revitaliser les bâtiments des gares qui ne sont plus nécessaires à l’exploitation ferroviaire.

Ces nouveaux espaces ont pour but de ramener le travail là où les gens vivent, de désengorger le trafic et de revitaliser les bâtiments des gares qui ne sont plus nécessaires à l’exploitation ferroviaire (archives).

Ces nouveaux espaces ont pour but de ramener le travail là où les gens vivent, de désengorger le trafic et de revitaliser les bâtiments des gares qui ne sont plus nécessaires à l’exploitation ferroviaire (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

D’ici 2030, jusqu’à 80 petites et moyennes gares de Suisse disposeront d’espaces de travail partagé («coworking»). Un projet pilote mené à Eglisau (ZH) a si bien fonctionné que l’offre va être mise en œuvre à l’échelle nationale.

Les CFF ont conclu un partenariat stratégique et signé un accord-cadre avec la coopérative Village Office, annoncent-ils mercredi. Ces nouveaux espaces de «collaboration souple» ont pour but de ramener le travail là où les gens vivent, de désengorger le trafic et de revitaliser les bâtiments des gares qui ne sont plus nécessaires à l’exploitation ferroviaire.

Les indépendants, les start-ups ou les «nomades numériques» peuvent partager dans ces espaces des infrastructures sur une base locative. Ils peuvent travailler sur leurs propres projets ou en développer avec d’autres personnes. Avec ce projet, les partenaires veulent renforcer le réseau régional de coworking le long du réseau ferroviaire suisse.

Aller au travail en moins de 15 minutes

Selon les CFF, l’objectif à moyen terme du modèle est que chaque personne en Suisse puisse atteindre son lieu de travail en 15 minutes à vélo ou avec les transports publics. La crise du coronavirus a notamment démontré que de nombreux employés pouvaient travailler n’importe où. Sur la durée, le télétravail manque toutefois d’interactions sociales et d’une infrastructure professionnelle.

Des associations locales, des groupes de personnes âgées ou des garderies pour les enfants devraient également trouver leur place dans ces gares régionales. Les petits restaurants, les lieux de rencontre de quartier ou des points de ramassage pourront aussi être accueillis. Selon Village Office, cette approche permet de combiner coworking régional et services locaux.

(ATS/NXP)

monchange.ch