Des bracelets fabriqués avec du CO2 retiré de l’atmosphère

L’initiative de Negative, start-up américaine, rend le combat contre le réchauffement très concret. Et prouve que le carbone peut être stocké dans l’économie.

Les petites perles composant les bracelets sont encore un mélange de CO2 et d’argile naturelle. Mais l’objectif de la start-up Negative est de fabriquer des pièces à 100% en carbone atmosphérique.

Les petites perles composant les bracelets sont encore un mélange de CO2 et d’argile naturelle. Mais l’objectif de la start-up Negative est de fabriquer des pièces à 100% en carbone atmosphérique.

Negative

Porter un bijou, c’est bien. Mais arborer une profession de foi, un véritable manifeste écologique à son poignet, c’est encore mieux. Negative, start-up basée sur la côte ouest des États-Unis, a mis au point un bracelet constitué de dioxyde de carbone retiré de l’atmosphère. «L’idée est née d’une frustration, explique le directeur, Tito Jankowski. Nous constations que beaucoup de gens étaient préoccupés par le réchauffement climatique sans savoir comment le combattre. Nous avons donc travaillé pour rendre ce combat tangible, et personnel.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

monchange.ch