Credit Suisse rattrapé par l’affaire TG Investment

Rebondissement dans l’affaire TG Investment Services, cette société de gestion indépendante qui avait fait perdre plusieurs centaines de millions à de riches clients turcs, entre 2009 et 2015. L’enquête lancée au printemps 2015 vient d’être élargie à Credit Suisse, qui officiait en tant que banque dépositaire des avoirs, et quatre de ses employés à l’époque des faits. Ceux-ci sont prévenus de complicité d’escroquerie et de blanchiment d’argent, tandis que la banque est prévenue de blanchiment d’argent, a confirmé mardi au Temps le Ministère public genevois. Credit Suisse «rejette fermement toute responsabilité pénale et se défendra vigoureusement contre les allégations par tous les moyens disponibles», a fait savoir la banque par courriel.

Les faits remontent à l’été 2013, lorsque la livre turque se déprécie fortement, ce qui provoque des pertes pour ces clients turcs de TG Investment. Deux des quatre dirigeants de cette société de gestion indépendante étaient d’anciens collaborateurs de Credit Suisse, partis en 2008. Début 2015, la banque envoie un rapport sur les activités de TG Investment au MROS, l’autorité chargée de lutter contre le blanchiment en Suisse.

Signatures imitées

Une enquête pénale est ouverte et deux dirigeants de TG sont inculpés de fraude et blanchiment d’argent en 2016. Ils sont soupçonnés d’avoir voulu dissimuler des pertes d’au moins 150 millions de francs en falsifiant des documents, en imitant des signatures et en transférant des avoirs entre les comptes de différents clients. Au cours de l’instruction, ils reconnaîtront les faits qui leur sont reprochés, tandis que les deux autres dirigeants de la société n’étaient pas au courant des malversations.

L’enquête a été récemment élargie à quatre employés de Credit Suisse à l’époque des faits. L’un d’eux, licencié depuis, précise l’agence Bloomberg, a été inculpé de complicité de fraude et de blanchiment pour avoir autorisé des transactions de TG Investment en avril 2014. Les trois autres collaborateurs sont prévenus de complicité. La banque devra notamment prouver qu’elle ne souffrait pas d’un défaut d’organisation. En février, un ancien gérant de Credit Suisse a été condamné à 5 ans de prison pour des malversations sur les comptes d’un des plus grands clients de la banque, un milliardaire géorgien.

Quarante opérations litigieuses

Selon nos informations, une quarantaine de transactions intéressent particulièrement le Ministère public genevois sur les dizaines de milliers d’opérations effectuées sur les comptes de la vingtaine de clients concernés, sur les 250 que comptait TG Investment.

Fait inhabituel, une grande partie des avoirs concernés par la fraude sont encore déposés au sein de la banque, mais sur d’autres comptes que ceux sur lesquels ils devraient se trouver. Ces fonds sont placés sous séquestre. L’avocat de certains plaignants n’a pas été en mesure de répondre mardi à nos questions.

(collaboration Sylvain Besson)

monchange.ch