Climat: quand Bruxelles compte sur l'homme de Davos

Une économie de marché européenne climatiquement neutre en 2050. C’est le défi que s’est imposé la nouvelle Commission européenne fraîchement intronisée. Mercredi dernier à Davos, sa présidente, Ursula von der Leyen, s’est muée en fer de lance de la lutte contre le réchauffement climatique. «Nous favoriserons une croissance qui n’extrait pas de ressources mais qui redonne à la planète plus qu’elle ne lui enlève», a-t-elle asséné devant une salle comble. Ce beau discours, coutumier au Forum économique mondial, pourrait ne pas rester lettre morte. L’aristocrate allemande et ancienne ministre de la Défense entend passer des paroles aux actes: la dirigeante européenne a besoin des hommes d’affaires pour atteindre son ambitieux objectif.

Lire aussi: La future Commission européenne s’engage pour le climat

monchange.ch