Clariant affiche «une solide performance»

Le chimiste bâlois Clariant améliore sa rentabilité au premier semestre, mais la direction reste prudente sur les chiffres des mois à venir.

Face aux conséquences de la pandémie de coronavirus, Clariant a relancé son programme de réduction des coûts qui prévoit notamment la suppression d’environ 600 postes.

Face aux conséquences de la pandémie de coronavirus, Clariant a relancé son programme de réduction des coûts qui prévoit notamment la suppression d’environ 600 postes.

Keystone

Le chimiste bâlois Clariant a vu ses recettes reculer au premier semestre, mais a perçu une nette amélioration après avoir effectué l’année dernière des provisions pour une enquête cartellaire de l’Union européenne.

«Nos activités poursuivies ont été particulièrement résistantes et ont affiché une solide performance», a affirmé jeudi le directeur général par intérim Hariolf Kottmann. Le groupe va continuer son processus de transformation, entamé l’année dernière avec la cession de plusieurs unités, a-t-il insisté dans un communiqué.

Croissance pour la Chine et l’Asie du sud-est

Entre janvier et fin juin, le chiffre d’affaires des activités poursuivies est ressorti en baisse de 13%, ou -5% hors effets de changes, en raison d’une demande plus faible à 1,95 milliard de francs, a indiqué Clariant.

Le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie sont restés robuste, la Chine et l’Asie du sud-est affichant même «une solide croissance». Les ventes ont également augmenté en Amérique latine en monnaies locales, alors que l’Europe et l’Amérique du Nord ont subi un ralentissement dans tous les domaines.

Par activités, la division Care Chemical a vu ses ventes décliner de 14%, ou de 6% hors effet de changes, alors que Catalysis a enregistré une baisse de 9% (-4%). Les recettes de Natural Resources ont baissé de 14% (-5%).

Gros bénéfice début 2020

Au niveau de la rentabilité, le résultat brut d’exploitation (Ebitda) a été quasiment triplé sur un an à 292 millions de francs. La base de comparaison est cependant biaisée, en raison de provisions de 231 millions effectuées au premier semestre 2019 à cause d’une enquête cartellaire de la Commission européenne.

Ajusté de cet effet, l’Ebitda ressort en baisse de 13% à 309 millions de francs. Ce même effet avait fait plonger le résultat net de Clariant un an plus tôt à -101 millions. Sur les six premiers mois de 2020, le groupe a dégagé un bénéfice net de 90 millions. Les autorités européennes avaient au final infligé mi-juillet une amende de 155,8 millions d’euros (environ 167,4 millions de francs) à Clariant. Le chimiste rhénan a légèrement dépassé les attentes des analystes à tous les niveaux.

600 postes en moins

Face aux conséquences de la pandémie de coronavirus, Clariant a relancé son programme de réduction des coûts qui prévoit notamment la suppression d’environ 600 postes et des économies de 50 millions de francs sur les deux prochaines années. Dans ce contexte, Clariant a inscrit une charge financière de 58 millions de francs.

Les suppressions de postes auront essentiellement lieu dans les unités d’affaires au niveau mondial, et non dans les services ou au siège du groupe. La Suisse sera impactée à hauteur de 15 à 16 réductions de postes. La direction a averti que le troisième trimestre sera également impacté par le Covid-19, mais le groupe poursuit la restructuration de ses activités.

Activités à forte valeur ajoutée

Début juillet, Clariant avait finalisé la vente de sa division Masterbatches (mélanges-maîtres) à l’américain Polyone pour 1,56 milliard de dollars. Les actionnaires percevront à ce titre un dividende extraordinaire de 3 francs par action.

L’activité avec les pigments est la dernière unité mise en vente, Clariant ne comptant conserver que ses activités à forte valeur ajoutée Care Chemicals, Catalysis et Natural Resources.

Concernant les perspectives, le groupe est resté vague. Les répercussions économiques se sont fait ressentir à partir de mai et se renforceront d’ici septembre, a détaillé le directeur général par intérim.

Une fin d’année «pas terrible»

«Restera à voir l’étendue du repli, mais ça ne sera pas un désastre ou une catastrophe. Il n’y aura toutefois pas de rebond au troisième trimestre», a poursuivi Hariolf Kottmann lors d’une conférence de presse téléphonique.

Ce dernier n’a pas été en mesure de formuler des estimations pour le quatrième trimestre, disant toutefois que le dernier partiel «ne devrait pas être terrible». Sans dévoiler de détail, Hariolf Kottmann a pronostiqué que l’année 2020 «sera nettement marquée par la pandémie et le chiffre d’affaires ainsi que la rentabilité vont reculer». Les objectifs à moyen terme restent inchangés. Les activités poursuivies doivent ainsi croître plus rapidement que le marché et la rentabilité doit augmenter, tout comme les flux de trésorerie.

Nouvelle direction

Quant au recrutement d’un nouveau directeur général, Hariolf Kottmann a souligné que la recherche avait été interrompue par la pandémie de Covid-1, mais se poursuivait dorénavant. En avril, ce dernier avait encore indiqué qu’un nouveau dirigeant serait annoncé à l’été ou l’automne.

Ces nouvelles rassuraient les investisseurs. Après un coup de mou à l’ouverture, le titre Clariant accélérait et prenait 1,0% à 18,05 francs, à contre-courant d’un indice SLI en baisse de 0,75% à 10h36.

(ATS/NXP)

monchange.ch