Cinq ans après, les taux négatifs agacent plus que jamais

Ils n’étaient pas là pour durer. Mais cinq ans plus tard, les taux d’intérêt négatifs sont toujours bien en place. Et rares sont les économistes qui prédisent un retour en territoire positif ces cinq prochaines années. De l’aveu de l’un de leurs instigateurs, les taux d’intérêt négatifs «font souffrir tout le monde. Il était prévu qu’ils soient mis en place pour une courte durée, pas pour cinq ans. Or, la Banque nationale suisse (BNS) ne peut pas se permettre d’avoir des taux positifs s’ils sont négatifs en Europe. La pression sur le franc serait beaucoup trop importante», analyse Jean-Pierre Danthine, ancien numéro deux de l’institution.

Dans une note sur les taux négatifs, UBS estime que l’économie suisse et le marché financier local peuvent considérer que la stratégie de la Banque nationale a été un succès, tous deux ayant tenu le cap ces dernières années. Et pourtant, un sondage réalisé par l’établissement l’automne dernier montre une tout autre perception de cette mesure instaurée d’abord en décembre 2014, puis renforcée en janvier 2015 alors que la BNS faisait disparaître le taux plancher entre le franc et l’euro.

monchange.ch