Chimie: Clariant prévoit de biffer 1000 postes supplémentaires

Le groupe bâlois a annoncé un plan de restructuration afin de supprimer les coûts liés à la cession de deux unités. Le précédent programme d’économies annoncé fin juillet comprenait la suppression de 600 places de travail.

Le programme d’économies vise à supprimer les coûts résiduels liés à la cession des unités Healthcare Packaging (emballages pour produits pharmaceutiques) et Masterbatches (mélanges maîtres).

Le programme d’économies vise à supprimer les coûts résiduels liés à la cession des unités Healthcare Packaging (emballages pour produits pharmaceutiques) et Masterbatches (mélanges maîtres).

Keystone

Le chimiste de spécialités Clariant s’apprête à biffer quelque 1000 emplois supplémentaires dans ses structures régionales et de services, en lien avec ses récentes cessions. Le groupe bâlois avait déjà annoncé quelque 600 suppressions de postes en début d’année, sur les 17’200 qu’il comptait alors.

L’objectif affiché de ce nouveau programme est d’éradiquer les coûts résiduels liés à la cession des subdivisions Healthcare Packaging (emballages pour produits pharmaceutiques) et Masterbatches (mélanges maîtres), précise mercredi Clariant. Le groupe va constituer dans ce cadre une provision de l’ordre de 70 millions de francs sur le dernier trimestre 2020.

Vingt-cinq emplois en Suisse

Les transferts d’activités représenteront environ un tiers des réductions d’effectifs. Sans s’attarder sur la proportion de licenciements à prévoir, le chimiste de Muttenz souligne que le programme comprend aussi des départs liés aux fluctuations naturelles dans son personnel. Le tout devra être finalisé dans les deux ans.

Interrogé par AWP, un porte-parole a précisé qu’environ 25 emplois étaient concernés en Suisse. «Cela va contribuer à générer une croissance supérieure au reste du marché, améliorer notre rentabilité et renforcer notre génération de liquidités», indique le président exécutif par intérim Harriolf Kottmann, cité dans le communiqué.

Syna dénonce une «course aux profits»

Réagissant à l’annonce de cette nouvelle restructuration, Syna y perçoit la conséquence d’années de course irréfléchie aux profits, au détriment de l’innovation notamment, et sur le dos des travailleurs. Le syndicat dénonce par ailleurs un plan élaboré sans consultation préalable des partenaires sociaux.

Le précédent programme d’économies, annoncé mi-février – visant l’éradication de 50 millions de francs sur les coûts fixes – doit être finalisé d’ici la fin de l’année prochaine. Clariant avait inscrit pour ce volet de mesures une charge de 58 millions dans ses comptes du premier semestre. Les effectifs en Suisse étaient déjà relativement épargnés, avec quinze ou seize suppressions de postes prévues.

Dans le rouge

Clariant déploie rigoureusement sa stratégie de concentration sur des spécialités plus rentables, ce qui constitue de l’avis de Vontobel un facteur positif pour le cours de l’action. La seconde vague de restructuration était attendue, mais Barclays s’étonne de ne lire nulle part le montant des économies visées.

Baader Helvea devise ce potentiel d’économies à au moins 55 millions de francs par année pour les activités poursuivies et 25 millions pour les activités cédées. Le courtier genevois doute toutefois que ces économies vont influer sensiblement sur la valorisation boursière de l’entreprise de Muttenz.

Après une entame de séance positive, la nominative Clariant glissait progressivement vers la queue du classement. À l’approche de la mi-journée, le titre abandonnait 1,0% à 18,25 francs, dans un SLI en retrait de 0,11%.

ATS/NXP

monchange.ch