Breitling n’ira pas à Baseworld en 2020

Breitling ne sera pas présent à Baseworld en 2020. Le groupe horloger explique vouloir se concentrer sur sa propre manifestation. «Malgré un salon Baselworld 2019 réussi, nous avons décidé de nous concentrer en 2020 sur notre modèle global de sommet et sur les roadshows locaux qui suivront», déclare Georges Kern, le CEO de Breitling, dans un communiqué de presse annonçant cette décision dimanche.

Le timing de l’édition 2020 de Baselworld, fin avril (contre fin mars précédemment) est également jugé décisif, car il n’est «pas compatible avec notre planification», mentionne aussi Georges Kern. En 2020, les salons Baselworld à Bâle et SIHH à Genève se suivront entre fin avril et début mai. 

Swatch Group déjà absent

Durant l’été 2018, Swatch Group, le principal exposant de Baselworld, avait claqué la porte de l’événement. Différentes entreprises suisses et étrangères l’avaient par la suite imité, dont Maurice Lacroix, Corum ou Raymond Weil.

Breitling ne ferme pas complètement la porte à un retour à Baselworld dès 2021. Son patron souligne également que «les importantes modifications apportées et mises en œuvre en un laps de temps très réduit par les organisateurs de Baselworld sous la direction de Michel Loris-Melikoff ont été positives et pourraient constituer à l’avenir le fondement d’un salon Baselworld repensé».

Numérique et physique

George Kern fait référence à la nouvelle orientation du salon insufflée par Michel Loris-Melikoff depuis son arrivée aux commandes mi-2018. Notamment une meilleure intégration du volet numérique tout en conservant la force d’un rendez-vous physique. Un renforcement des contenus a également été envisagé, une sorte de «sommet des détaillants» avait été imaginé pour l’édition 2019, avant d’être abandonné, faute de temps. Mais l’idée reste là, assurait au Temps Michel Loris-Melikoff, le 29 mars dernier.

La communauté horlogère avait formulé de nombreuses critiques envers Baselworld, en particulier sur ses coûts exorbitants, le mauvais accueil dans les hôtels et les restaurants des bords du Rhin ou l’arrogance des organisateurs jugés plus intéressés à réaliser une marge confortable qu’à satisfaire les exposants. 

monchange.ch