Banque: Bénéfice divisé par deux au 3e trimestre pour HSBC

La pandémie et les tensions entre la Chine et les États-Unis ont fait plonger le bénéfice de la banque HSBC au troisième trimestre.

HSBC est active dans le monde entier, dont l’Asie.

HSBC est active dans le monde entier, dont l’Asie.

Keystone

Le géant bancaire HSBC a annoncé mardi une chute de son bénéfice net de 54,3% sur un an au troisième trimestre, conséquence de la pandémie de coronavirus et de l’aggravation des tensions sino-américaines.

Le ralentissement économique mondial engendré par le Covid-19 a frappé les plus grandes banques et les perspectives demeurent sombres au moment où le nombre de cas s’envole à nouveau à travers l’Europe et les États-Unis.

Tensions géopolitiques

La banque, établie à Londres mais active à travers le monde et tout particulièrement en Asie, est également affectée par les tensions géopolitiques entre les deux grandes puissances que sont les États-Unis et la Chine.

HSBC a affiché un résultat net part du groupe sur la période de juillet à septembre de 1,359 milliard de dollars (1,23 milliard de francs), en baisse de 54,3% par rapport à l’année précédente. Le groupe est en pleine restructuration sur le plan international.

Sévère réduction de voilure

Au début de l’année, il avait annoncé la suppression de 35’000 emplois sur trois ans et une sévère réduction de voilure aux États-Unis et en Europe, afin de se concentrer davantage sur l’Asie. «Nous accélérons la transformation du groupe, en passant des activités sensibles liées aux taux d’intérêt à des activités génératrices de commissions, ainsi qu’en réduisant encore nos coûts d’exploitation», a déclaré le directeur général de la banque, Noel Quinn.

Noel Quinn a qualifié ces derniers résultats de «prometteurs dans un contexte d’impacts continus du Covid-19 sur l’économie mondiale». Au premier semestre, HSBC avait enregistré un bénéfice net en baisse de 77%.

Défauts de paiement en hausse

Les résultats du troisième trimestre sont donc en comparaison meilleurs, certaines grandes économies ayant assoupli les mesures de restriction prises pour lutter contre la pandémie. Mais à l’image de beaucoup de banques, les défauts de paiement de certains clients sont en hausse.

HSBC a indiqué que les pertes de crédit attendues avaient atteint 13,7 milliards de dollars en septembre, contre 8,7 milliards de dollars à la fin de l’année dernière, juste avant le début de la pandémie.

ATS/NXP

monchange.ch