Avec leurs téléphones 5G, Xiaomi et Oppo visent le haut de gamme

Il fut un temps, pas si lointain, où aucun opérateur télécom suisse ne s’aventurait à commercialiser des téléphones conçus par des fabricants chinois. Trop bas de gamme et proposés par des marques inconnues du grand public, les smartphones de sociétés basées dans l’Empire du Milieu n’inspiraient pas confiance. Mais il y a eu d’abord Huawei, qui a réussi à percer en proposant des smartphones de qualité, dont les performances pour la photo sont unanimement saluées. Et il y a depuis quelques mois l’effet 5G: Swisscom et Sunrise se livrent une course effrénée pour cette technologie et ont voulu proposer les premiers des téléphones compatibles. Et au début, seuls les chinois Xiaomi et Oppo proposaient des mobiles 5G.

Voici ainsi ces deux constructeurs propulsés sur le devant de la scène en Suisse avec deux smartphones haut de gamme: le modèle Reno 5G pour Oppo et le téléphone Mi Mix 3 5G pour Xiaomi. Nous les avons utilisés ces dernières semaines pour mesurer les vitesses de la 5G. Et force est de constater que ces deux smartphones nous ont laissé une excellente impression.

Modèles géants

Tous deux sont des géants. Le modèle de Xiaomi possède une diagonale d’écran de 6,39 pouces pour un poids de 225 grammes, son compatriote revendiquant un écran de 6,6 pouces pour 215 grammes. A titre de comparaison, l’iPhone 11 (qui n’est pas compatible avec la 5G) dispose d’un écran de 6,1 pouces (194 grammes), alors que le Galaxy S10 5G a un écran de 6,7 pouces pour 198 grammes. Les deux téléphones chinois sont donc grands et particulièrement lourds.

Leur design est particulièrement réussi, avec notamment un écran qui recouvre presque entièrement la face avant du téléphone – on est très loin des téléphones d’Apple, qui possèdent encore des bords relativement larges. Les matériaux utilisés sont de qualité, avec notamment de l’aluminium pour le châssis et du verre pour l’écran pour le modèle de Xiaomi. Les téléphones sont fins et élégants et tout à fait comparables au design du téléphone haut de gamme de Samsung.

Lire aussi: 5G: voici comment, en toute discrétion, Swisscom et Sunrise construisent leurs réseaux

Capteurs photo cachés

Les deux fabricants chinois ont opté pour des choix différents pour leurs capteurs photos. Ainsi, il faut légèrement faire coulisser l’écran du modèle de Xiaomi pour dévoiler deux capteurs photos avant, utilisables pour les selfies. Quant à Oppo, il a glissé son capteur avant dans le téléphone, et on le fait sortir de manière mécanique, ce qui fait apparaître un petit triangle sur le haut de l’appareil. Ce sont ces deux spécificités qui permettent à l’écran de recouvrir une telle surface. Chacun des deux téléphones possède deux capteurs photos à l’arrière, dont les résultats les placent parmi les meilleurs, mais tout de même derrière l’iPhone Pro, le Samsung S10 et le Huawei P30 Pro.

On apprécie aussi que le modèle d’Oppo intègre un lecteur d’empreinte digitale au bas de l’écran et sous celui-ci, une innovation à saluer qui économise de la place. Quant à Xiaomi, il a choisi de placer ce lecteur au dos de l’appareil.

Prix élevés

Les deux appareils disposent d’une batterie capable de fournir une journée complète d’autonomie. Rien à dire non plus au sujet des puces, les deux modèles sont suffisamment puissants et la version 9 d’Android tourne très bien sur les deux appareils.

Parlons maintenant du prix. Sunrise propose le téléphone de Xiaomi doté d’une mémoire relativement petite (128 Go) pour 847 francs. Quant à Swisscom, il commercialise le téléphone d’Oppo, doté d’une mémoire de 256 Go, pour 999 francs. Ce sont deux portables chers, mais c’est aujourd’hui le prix à payer pour accéder à des réseaux 5G qui ne couvrent pour l’heure que de toutes petites parties du territoire. Huawei, Samsung et LG proposent aussi des appareils 5G, à de prix comparables.


Avertissement sur la 5G

L’Union européenne (UE) s’est inquiétée la semaine passée des «menaces posées par des Etats ou des acteurs qu’ils soutiennent» sur la sécurité des futurs réseaux de communication 5G, dans une allusion au géant chinois Huawei qui n’a toutefois pas été nommé. Les pays membres de l’UE ont publié mercredi un rapport sur une évaluation des risques au niveau de l’UE associés à ces réseaux de 5G, au cœur d’un affrontement technologique entre les Etats-Unis et la Chine. «Les menaces posées par des Etats ou des opérateurs qu’ils soutiennent sont considérées comme de la plus haute importance», indique ce rapport. Numéro deux mondial des smartphones, Huawei est considéré comme le leader de la technologie 5G. Les Etats-Unis ont banni le géant chinois en l’accusant d’espionnage pour le compte de Pékin et demandent à leurs alliés d’en faire autant. En Suisse, Sunrise utilise les services de Huawei pour la 5G. (LT)

monchange.ch