Au Tessin, l’âge d’or de Kering touche à sa fin

«J’étais le maire le plus chanceux de Suisse.» Marco Lehner regrette un temps désormais révolu. Avant le retrait de Kering, l’élu disposait de bien plus d’argent qu’il ne lui en fallait pour administrer la commune de Cadempino, près de Lugano. Le géant français du luxe, propriété de la famille Pinault, lui assurait 10 millions de francs par an, l’équivalent de deux tiers des recettes fiscales générées par les entreprises. «La source s’est tarie», se désole le maire, qui a récemment rendu publics les résultats 2019 de sa commune.

Kering est en passe de démanteler ses activités tessinoises. A commencer par sa filiale Luxury Goods International (LGI), installée il y a plus de vingt ans à Cadempino. Les municipalités de Bioggio, Vezia et Sant’Antonino sont aussi touchées de plein fouet par cette restructuration, et le Tessin voit ses recettes fiscales s’effondrer.

monchange.ch