Au Tessin, la construction pourrait perdre 1200 emplois

Entre 800 et 1200 emplois. C’est le nombre d’emplois que pourrait perdre le secteur de la construction en Suisse italienne, dans un futur proche, si de nouveaux investissements dans le secteur public n’étaient pas faits, selon le directeur de la section locale de la Société suisse des entrepreneurs (SSE), Nicola Bagnovini qui s’est exprimé sur les ondes de la radio publique suisse italienne.

Selon lui, les entreprises de la branche sont surdimensionnées, comme l’illustrent les derniers indicateurs publiés par le Bureau cantonal de la statistique. Les commandes ont subi un coup de frein, notamment dans le secteur de la construction résidentielle, plombé par l’entrée en vigueur de la «Lex Weber» sur les résidences secondaires.

Entre 10 et 15%

Par ailleurs, le temps clément a permis la poursuite de l’activité pendant une bonne partie de l’hiver, avec pour conséquence paradoxale d’épuiser les réserves de travail qui marquent traditionnellement les premiers mois de l’année.

Interrogé sur l’ampleur d’éventuelles suppressions de postes, Nicola Bagnovini a évoqué un nombre «pas supérieur à 10-15%» des 8000 que compte la branche au Tessin. Il espère «pouvoir compter sur de nouveaux investissements de la part des communes ou du canton» pour que les entreprises puissent faire face à cette situation sans avoir à toucher leurs structures.

«Jusqu’à récemment, le niveau d’occupation des machines tournait autour de 90% (…) aujourd’hui, nous sommes environ à 70%», des coûts difficiles à récupérer, en raison notamment de la forte pression sur les prix, a également fait observer le patron de la faîtière dans une interview diffusée pendant le week-end pascal. (ats/nxp)

(Créé: 29.03.2016, 14h14)