Après WelQome, Vaud vise un deuxième plan de relance

Mission accomplie. Jeudi, le canton de Vaud s’est félicité du succès de l’opération WelQome, lancée fin juin en partenariat avec la société QoQa. Au total, 14 millions de francs ont été distribués à des vignerons, des restaurateurs ou des responsables de sites touristiques, via la subvention de bons d’achat. Mais ce n’est qu’une étape: fin octobre, le Conseil d’Etat doit présenter un deuxième plan de relance économique pour atténuer les effets de la crise suscitée par la pandémie.

Le principe de l’opération WelQome était simple: le consommateur pouvait acheter au prix de 80 francs des bons, qui valaient en réalité 100 francs. Les responsables de zoos, restaurants ou parcs d’attractions encaissaient, eux, 110 francs. Les 30 francs de différence ont été financés par le canton, à hauteur maximale de 15 millions de francs. L’opération, achevée jeudi après trois mois, a permis de dépenser 14 millions.

Cette somme a permis de générer pour ces commerçants un chiffre d’affaires de 42,5 millions. «C’est un succès extraordinaire, nous avons réussi en très peu de temps à créer un effet de levier de 3 qui a bénéficié à de très nombreux acteurs du tissu économique. Je ne cesse de croiser des vignerons ou restaurateurs qui sont extrêmement enthousiastes», affirme Philippe Leuba, chef du Département de l’économie, de l’innovation et du sport.

Lire aussi: Vaud s’associe à QoQa pour injecter 15 millions dans l’économie

Davantage pour l’hôtellerie

Et pourtant, la totalité des 15 millions n’a pas été dépensée. Pourquoi? «Simplement parce que nous avons fixé un délai de trois mois pour cette opération, pour que les gens consomment maintenant. L’urgence était là, et nous avons répondu présent», poursuit Philippe Leuba. Au total, 1465 commerçants ont placé des offres sur WelQome, plus de 350 000 bons ont été vendus. Sur les 42 millions de francs dépensés au total par les clients, 39% l’ont été pour le secteur de la restauration, 33% pour les vignerons et brasseurs, 17% pour le secteur des activités et loisirs, 8% pour l’hébergement, 2% pour la culture et 1% pour les transports.

Lors du lancement de WelQome, l’Association romande des hôteliers avait été très critique, affirmant que l’opération avait été créée sans concertation et sans que cela puisse bénéficier à cette branche. «Nous préparons actuellement un deuxième plan de relance qui sera notamment axé sur le secteur de l’hôtellerie et celui de l’événementiel, qui souffrent énormément, assure Philippe Leuba. Nous devrions valider ce plan d’ici fin octobre et il pourrait courir jusqu’à fin février.» Pour l’heure, le conseiller d’Etat ne veut pas en dire davantage sur le montant prévu, ni sur la liste précise des secteurs économiques qui seront concernés.

Lire également: Cantons: avec le virus, le spectre de la chute des recettes fiscales

Plusieurs plans cantonaux

Il est possible que cette deuxième opération WelQome soit à nouveau réalisée avec la société QoQa, spécialisée dans l’e-commerce, mais ce n’est pas certain. «Comme nous sommes passés du régime de situation d’urgence à une situation de pandémie, nous ferons cette fois-ci un appel d’offres, détaille le ministre. Je suis certain que QoQa soumettra une proposition.» La société dirigée par Pascal Meyer a déjà déteint sur la communication du Conseil d’Etat, puisque Pascal Meyer était présenté, dans l’invitation du canton à la conférence de presse de jeudi, comme «loutre in chief» de QoQa. Cette société a été rémunérée à hauteur de 400 000 francs par le canton pour ses prestations.

Philippe Leuba affirme que plusieurs de ses homologues romands se sont intéressés à WelQome. La plupart des cantons ont pris des mesures similaires, avant tout à destination des touristes. Valais a ainsi offert des bons de 100 fr. dès la réservation de deux nuits dans des hôtels, tout comme Genève. Fribourg a imité WelQome, mais avec un fonds de 4 millions de francs qui a permis de générer des bons d’une valeur de 20 francs utilisables chez des petits commerçants. Des communes, comme Moudon, ont aussi offert des bons à dépenser dans les commerces de la ville.

monchange.ch