Apple est soupçonnée de négligence après le piratage de ses iPhone par Pegasus

Si vous avez un iPhone récent, datant de six ans maximum, vous pouvez installer depuis ce lundi la dernière version du système iOS. La mise à jour 14.7 comprend plusieurs améliorations. Mais aucune d’elles ne concerne la sécurité du téléphone. Ce n’est donc pas cette version qui va prémunir les utilisateurs contre le logiciel espion Pegasus. Depuis la publication, dès dimanche soir, de l’enquête d’un consortium de 17 médias internationaux sur la société israélienne NSO et Pegasus, la pression augmente sur Apple. La multinationale américaine, qui fait de la sécurité de ses appareils et du respect de la vie privée ses principaux arguments marketing, est aujourd’hui sous le feu des critiques.

L’affaire est majeure pour la firme dirigée par Tim Cook, car plus d’un milliard d’iPhone sont actuellement en service sur la planète. Apple détient aujourd’hui 26% du marché mondial des smartphones, une proportion qui s’élève à 54% en Suisse. Extraordinairement attentive à son image, la multinationale est visée de près par l’enquête autour de NSO. Observons les téléphones analysés par Amnesty International (qui ne représentent qu’une fraction de tous les appareils infectés au niveau mondial): sur les 37 téléphones infectés par le logiciel espion Pegasus, ou qui avaient subi de telles tentatives, 34 étaient des iPhone, selon les chercheurs d’Amnesty International. Sur ce total, 23 avaient effectivement été infectés, et 11 montraient des traces d’effraction. Les autres étaient des téléphones Android, pourtant réputés moins sûrs.

monchange.ch