A 2050 francs pièce, le Fold pourrait coûter cher à Samsung

A Séoul, la tension doit actuellement être à son comble au siège de Samsung. Le fabricant sud-coréen vient de lancer sa campagne de promotion mondiale, d’une ampleur inhabituelle pour le marché suisse, pour son Galaxy Fold, premier smartphone à écran pliable. Disponible dès le 3 mai, avec des précommandes ouvertes dès le 26 avril, l’appareil est aussi hors norme par son prix: 2050 francs. La pression est d’autant plus importante sur les épaules des dirigeants de Samsung qu’aux Etats-Unis, plusieurs exemplaires de test se sont cassés après quelques heures d’utilisation.

En Suisse, la multinationale a mis des moyens sans précédent pour promouvoir le Fold. Jeudi, elle ouvrait deux pop-up stores – des magasins éphémères – à Lausanne et à Zurich. Dans la capitale vaudoise, Samsung a totalement transformé un magasin Mobilezone pour n’y présenter que ses produits durant une semaine, dont avant tout le Fold. «Nous n’avons jamais engagé de tels moyens de promotion en Suisse, affirme David Pilet, responsable de Samsung en Suisse romande. Alors que les smartphones tendent à tous se ressembler, nous innovons avec le Fold, comme nous l’avions fait dès 2011 avec le lancement du Galaxy Note, smartphone géant doté d’un stylet.»

Lire aussi: Avec son smartphone pliable à 1980 dollars, Samsung veut se relancer

Système fluide, mais…

Le Galaxy Fold – que Le Temps a pu essayer quelques minutes cette semaine – est un appareil à part. Lorsque son écran est plié, c’est un smartphone à écran d’une diagonale de 4,6 pouces (11,7 cm), beaucoup plus étroit que les smartphones classiques. Déplié, l’écran possède une diagonale de 7,3 pouces (18,5 cm), ce qui en fait une petite tablette. Une application, comme WhatsApp ou Google Maps, ouverte en mode smartphone s’affiche ensuite instantanément sur l’écran déplié. Il est possible d’afficher jusqu’à trois applications en même temps sur le grand écran, à des tailles variables. Tournant avec la version 9.0 d’Android, le Fold, doté de six capteurs photo, est rapide.

Au niveau de la prise en main, l’impression est plus mitigée. L’appareil est lourd: 263 grammes, soit 100 de plus qu’un smartphone normal, et lorsqu’il est replié, il est épais (1,55 cm). Quand l’écran est ouvert, une petite rainure en son milieu demeure toujours visible. Samsung affirme que l’appareil peut être déplié et replié 200 000 fois, ce qui doit lui assurer une durée de vie d’au moins cinq ans. L’autonomie annoncée est d’environ un jour.

Ecrans cassés

Mais le problème pourrait venir de son fameux écran. Des médias américains qui ont pu tester le Fold durant plusieurs jours ont connu de mauvaises expériences. Des spécialistes de Bloomberg, The Verge ou encore CNBC ont noté que l’écran s’était cassé après quelques heures d’utilisation. En cause, notamment, une couche protectrice qui s’enlèverait beaucoup trop facilement, rendant l’écran inutilisable. Samsung, qui a développé le Fold durant huit ans, a assuré qu’il allait examiner les appareils pour déterminer les causes de ces incidents.

L’affaire rappelle bien sûr celle des Galaxy Note 7 en 2016, dont la batterie prenait feu et qui avait contraint Samsung à un rappel mondial de ces appareils. Le groupe sud-coréen risque d’autant plus gros qu’il est engagé dans une course avec Huawei, dont le Mate X à écran pliable sera lancé en Suisse au troisième trimestre, au prix de 2499 francs.

Objectifs de ventes

Proposer un smartphone à plus de 2000 francs – soit davantage que le prix cumulé d’un téléphone et d’une tablette –, est-ce raisonnable? «Au vu de l’ingénierie requise, le Fold vaut ce prix, assure David Pilet. Mais il est clair qu’il s’adresse à une clientèle de niche, comme les geeks, les fans de notre marque et les dirigeants d’entreprise qui veulent avoir le dernier modèle en main.» Le responsable le concède, «2000 francs, c’est le prix d’un ordinateur portable ultrabook. Mais au fil du temps, vous verrez que le Fold offre de très nombreuses possibilités avec un faible encombrement.»

Samsung, qui revendique 54% du marché des smartphones en Suisse, s’attend à écouler environ 2000 Fold ces trois prochains mois. Un modèle 5G devrait être lancé cet été. Selon la société de recherche Gartner, les smartphones pliables devraient se vendre à hauteur de 30 millions d’unités en 2023, ce qui ne représente que 5% du marché des téléphones haut de gamme.


Qualcomm et Apple ont beau avoir enterré en début de semaine un conflit de plusieurs années, il n’est pas du tout certain que le premier fournisse au second des puces 5G pour les iPhone vendus l’automne prochain. Qualcomm, qui remplacera Intel pour ces éléments, ne sera a priori pas en mesure de livrer Apple à temps, selon le site spécialisé CNEt.com. Il faut en effet des semaines de développement, puis de test auprès des opérateurs télécoms, pour que les puces 5G soient certifiées. Il est donc tout à fait possible qu’Apple, qui doit présenter ses futurs iPhone en automne, ne lance que des modèles 4G, ce qui le mettra en retard par rapport à la majorité de ses concurrents. A. S.

monchange.ch