60% des peaux viennent d’Europe: Le business du vison est touché mais pas coulé

L’Europe, premier producteur mondial de peaux de visons, a été frappée par la crise du Covid-19. Mais cela a surtout provoqué une hausse des prix.

Ici un élevage de visons au Danemark.

Ici un élevage de visons au Danemark.

Keystone/EPA/Mads Claus Rasmussen

Le coronavirus a porté un coup très rude au business de la fourrure. Enfin, surtout à ceux qui produisent et qui commercialisent les meilleures peaux, essentiellement basés en Europe. Car le Vieux-Continent est, on l’ignore souvent, le leader mondial en matière d’élevage de visons.

Or, depuis que ces petits mustélidés ont été suspectés de développer des variants du Covid-19 qui seraient transmissibles à l’homme, des pays tels que les Pays-Bas (à la fin août 2020) et le Danemark (début novembre) ont fermé de nombreux élevages, suspendu la pratique et ont fait abattre plus de 16 millions d’animaux.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

monchange.ch