En raison du franc fort, les entreprises suisses suppriment toujours plus de postes. L’an dernier, 387 sociétés ont annoncé des licenciements collectifs, contre 268 en 2014 ( 45%). Genève et Zurich sont les cantons les plus touchés.

L’année passée, ce sont près de 14’000 postes qui ont été biffés en Suisse, révèle lundi l’émission «10vor10» de la télévision alémanique SRF.

Quelque 84 entreprises du canton de Genève étaient concernées par environ 1700 licenciements. Un an plus tôt, elles étaient 49 à avoir renvoyé au total 1300 personnes.

Chiffre stable dans le canton de Vaud

Dans le canton de Zurich, 67 sociétés ont décidé de supprimer près de 4100 postes de travail. Si le nombre d’entreprises touchées n’a pas autant augmenté (53 en 2014) que dans le canton de Genève, celui des employés licenciés a pratiquement doublé en une année (environ 2200 postes en 2014).

Les sociétés en terres vaudoises qui ont procédé à des licenciements collectifs sont passées de 22 à 25 en 2015, un chiffre relativement stable. L’office cantonal de l’emploi n’a toutefois pas communiqué le nombre de salariés concernés.

Selon la loi, le terme de «licenciement collectif» s’emploie lorsque le nombre de personnes renvoyées s’élève à 10 pour une entreprise qui engage entre 20 et 100 travailleurs, à 10% pour une firme qui en compte entre 100 et 300 et enfin à 30 licenciements pour un établissement qui en emploie au moins 300. (ats/nxp)

(Créé: 22.02.2016, 22h50)