La tentation est grande, pour les dirigeants des collectivités publiques, d’embellir leur bilan à l’heure des comptes, au soir de leur vie politique. A quelques jours du départ de leur chef, les collaborateurs du président français, François Hollande, ont mis en ligne son bilan. Le titre de ce document de 70 pages? «Un quinquennat pour la France et pour les Français». On y apprend notamment, dans le chapitre «Fiscalité: des réformes justes», qu’une baisse de l’impôt sur le revenu «de 6 milliards d’euros» depuis 2014, a été réalisée pour plus de 12 millions de foyers fiscaux, soit 500 euros en moyenne par foyer et par an. Effort louable.

Mais c’était sans compter sur la vigilance des journalistes de France 2. Nos confrères ont enquêté et découvert que la réalité a été enjolivée. S’ils ne contestent pas ce chiffre, ils observent que «ce qui n’est pas dit, c’est qu’entre 2013 et 2014, le même impôt sur le revenu a augmenté de 10,5 milliards d’euros». Si l’on compte l’ensemble des impôts qui pèsent sur les ménages, la note est encore plus salée: ils se sont alourdis de 43,9 milliards d’euros, ajoutent les enquêteurs, avant de conclure que, peut-être par excès de zèle, ces collaborateurs ont parfois eu tendance à «repeindre la réalité et la rendre un peu plus jolie qu’elle ne l’est». On ne saurait mieux écrire.

Les journalistes de France 2 ont aussi découvert que la vérité avait été enjolivée dans d’autres domaines: 8000 places de prison ont en effet vu le jour, mais 4000 places ont été… supprimées. Des lacunes ont aussi été observées dans le secteur de la construction de logements.

A la décharge de François Hollande, d’autres chiffres ne sont pas – jusqu’à preuve du contraire – contestés: le déficit public de la France a fortement baissé, passant de 5,1% en 2011 à moins de 3% en 2017, 60 000 postes ont effectivement été créés dans l’Education nationale et la dette semble stabilisée.

(TDG) monchange.ch